Se motiver pour écrire – Couch to 80K Week 2

Comme je te l’expliquais dans le parfait exemple de prose inspirée (hum, hum) qu’était ce post, je me suis lancé le défi de suivre le boot camp Couch to 80K conçu et animé par l’auteur britannique Tim Clare (je te remets le lien vers son site ). Il s’agit d’une série de podcasts destinés à tous les « auteurs » : futurs auteurs en formation, anciens auteurs qui ont un peu lâché l’affaire mais voudraient s’y remettre, auteurs actuels qui sont en panne, auteurs potentiels qui n’osent pas, etc., dans lequel Tim nous propose d’écrire 10 minutes par jour pour se (re)mettre le pied à l’étrier tout en acquérant quelques techniques utiles pour Ecrire (avec une majuscule, ouh, ça fait peur).

Je viens de terminer la seconde semaine (sur 8) et j’ai tellement la flamme d’écrire que j’ai entièrement copié-collé le premier paragraphe de mon article consacré au bilan de la première semaine (celui-là) ! Il n’y a pas de petites économies, ha ha ! Est-ce que ça voudrait dire que le workshop n’est pas si efficace que ça ? Au contraire ! C’est toujours aussi agréable sans demander ni trop d’effort, ni trop de temps, qui est après tout, tout ce à quoi rêve n’importe quel auteur en herbe : rédiger un super roman, bien travaillé, en 6 semaines top chrono, je signe où ? Bon, évidemment, on en est pas là. Il s’agit davantage d’exercices pour travailler son « muscle littéraire » mais encore une fois, sans risquer la contracture. Après avoir, au cours de la première semaine, simplement bossé le fait de se « mettre devant la feuille blanche » (qui, si ça n’a l’air de rien, peut déjà demander un effort considérable – si tu essaies d’écrire, je sais que tu sais), la deuxième était consacrée à des exercices d’écriture libre ou automatique comme une manière de se débloquer et d’apprendre à « muter » son critique intérieur, pour savoir l’utiliser au lieu de le subir.

IMG_20180813_003136

Encore une fois, c’est simple, plaisant, motivant, je me retrouve même souvent à me dire que 10 minutes, c’était trop court et que j’avais d’autres choses à dire. En gros, c’est retrouver le plaisir d’écrire sans se prendre la tête et bien évidemment, ça fait un bien fou (pas que ce soit comme ça qu’on écrit quelque chose de qualité mais reconnaissons que c’est pas en agonisant sur chaque mot expulsé dans la douleur non plus). C’est aussi retrouver la faculté d’écrire un chouia plus vite, comme le démontre parfaitement cet article écrit en 10 minutes chrono, haha !

Allez, rendez-vous donc la semaine prochaine pour la suite des aventures et le bilan de la semaine 3 !

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s