Alien, le 8e Passager – Review

ALIEN
Ridley Scott, USA/UK, 1979
Scénario : Dan O’Bannon
Avec Sigourney Weaver, Tom Skerritt, Yaphet Kotto, Ian Holm, Veronica Cartwright, Harry Dean Stanton, John Hurt

Mon avis tout à fait perso et subjectif. Peut contenir d’éventuelles traces de spoilers.
Jour 3 de mon challenge 30 nouveaux films en 30 jours

Résumé : Alors qu’il rentre sur Terre, le vaisseau cargo Nostromo, avec à son bord sept hommes et femmes, fait un arrêt forcé sur une planète déserte, où l’officier Kane se fait agresser par une forme de vie inconnue qui lui étouffe le visage. Le médecin de bord lui retire le spécimen et l’équipage retrouve le sourire mais Kane est vite pris de convulsions, jusqu’à ce que son abdomen soit perforé par un corps étranger vivant qui s’échappe dans les couloirs du vaisseau…

Quand on envisage enfin de visionner pour la première fois un film culte comme Alien, le 8e passager presque 40 longues années après la bataille, forcément le souci, c’est qu’il y a quelques points du scénario qui sont un chouia éventés. D’autant plus, quand le film en question a bénéficié de plusieurs suites et que, comme c’est mon cas, on les a vues avant. Il faut le dire, on est tout de suite beaucoup moins surpris. On est même tenté de ne pas le regarder du tout, en mode what’s the point?

Quand on envisage en plus d’écrire un avis, certes totalement personnel et donc totalement subjectif sur ledit film, il y a aussi le problème qu’il existe déjà des dizaines de critiques, dont certaines très approfondies comme par exemple celle-ci publiée sur Critikat et qu’il s’avère difficile de rédiger quelque chose de pertinent sans répéter ce que plein de gens bien plus intelligents que toi ont déjà énoncé 18 fois (pas que ce soit le cas le reste du temps, mais n’empêche. Ne sois pas désagréable, s’il te plaît). On est donc tenté de ne rien écrire du tout en mode what’s the point? (ou en mode, It’s Monday and I have the flemme, mais chut, personne ne s’est rendu compte de rien).

Alors, what’s the point? Eh bien, le point, mon ami(e), c’est que si tu le regardes jamais, tu passes à côté un, d’un film d’une exceptionnelle beauté plastique. On va pas se mentir, les films de science-fiction ne sont pas réputés pour bien vieillir et ont même tendance, avec l’évolution constante des effets spéciaux et des modes esthétiques, à devenir bien kitschounets après quelques années. Point de tout ceci ici (à part, évidemment, pour tout ce qui est informatique où on en est encore aux énoncés Amstrad CPC464 sur fond vert). Les décors et la créature (imaginés par H.R GigerRon Cobb et Chris Foss et aussi un peu par Moebius), tout comme les magnifiques travellings de Ridley Scott sont époustouflants de beauté alors que, rappelons-le pour tous ceux qui ont moins de 30 ans et qui ignorent même pas que ça ait pu exister, tous les effets spéciaux sont optiques et/ou mécaniques (ils ont d’ailleurs été récompensés  par un Oscar). Bref, j’insiste, c’est beau.

Alien décors

Deux, tu as beau savoir, dans les grandes lignes, ce qui va se passer, ça va pas t’empêcher de flipper devant cette créature impitoyable qui peut surgir n’importe quand de n’importe quel recoin sombre du vaisseau pour te bouffer tout cru. Ridley Scott n’a aucune pitié pour les croissants tes nerfs, la tension est insoutenable et l’ambiance de plus en plus claustrophobique, au fur et à mesure que le vaisseau semble se refermer sur les survivants. Autant te dire que si c’est le moment que choisit ton chat pour sauter sur le canapé, c’est la crise cardiaque direct.

Trois, l’héroïne est une femme – pas n’importe laquelle, Sigourney Weaver, alors âgée de 29 ans et totalement badass, même (et surtout) en petite culotte – et quatre, il y a un chat. Je sais pas toi, mais moi, ça suffit à me convaincre de le re-re-re-regarder. Oui, il m’en faut peu.

Note perso : 9/10

alien Ripley et Jones

Je te mets une bande-annonce « moderne » et fan-made qui, je trouve, rend plus hommage à la beauté des images du film que l’officielle d’époque qui est, elle, un peu kitsch (fallait pas croire qu’on allait y échapper complètement…)

Et toi, tu l’as vu ? T’en as pensé quoi ?

Une réflexion sur “Alien, le 8e Passager – Review

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s