10 trucs Mouette-free à faire à Gérone

Autant te le dire tout de suite : Barcelone, c’est so 2017. Si, si, je t’assure. Quitte à partir en Catalogne, les ramblas, Gaudi, la Sagrada Familia, tout ça, c’est comme papi, c’est bien chulo mais ça vaut pas… Gérone.

Carte catalogne

Eh oui, je sais, personne t’avait prévenu(e) et bim, tu viens bêtement de réserver un séjour à 10 000 dans la capitale catalane. Mais que veux-tu, c’est bien pour ça que tu lis ce blog : tout savoir des nouvelles tendances avant même que ça devienne de nouvelles tendances – et parfois aussi, alors qu’elles deviendront finalement jamais des tendances. (Où ça ? Gérone ? Ah oui, c’est vrai que ça a vaguement failli devenir une nouvelle tendance à un moment et puis, on a découvert les mocktails à la baie d’açai servis avec des mini pot-pies et on a complètement zappé, ha ha !)

Pero no te preocupes, si tu viens d’arriver à BCN, Gérone n’est qu’à une heure de route et je t’ai concocté un petit guide de 10 trucs hyper chulos – garantis 100% sans Mouette – à faire sur place alors ¡vamos!

 

1 – Se balader dans le Barri Vell en dégustant une glace
(et éventuellement en chantant la la la)
Le Barri Vell, c’est le vieux quartier, le centre historique de Girona restauré et mis en valeur depuis 1982 par la municipalité, et qui en est devenu, du coup, la principale attraction touristique. C’est là que, si c’est ton trip, tu trouveras les principaux sites à visiter comme la cathédrale Sainte-Marie, la basilique de St-Félix, le monastère St-Pierre de Galligants, le Call Jueu (quartier juif) et les bains arabes.

Si, en revanche, tu préfères t’épargner les trucs en rapport avec un dieu, quel qu’il soit, tu peux aussi simplement flâner, le nez au vent et l’appareil photo de touriste japonais en bandoulière, dans ses petites rues pavées, t’aventurer dans ses passages mystérieux, admirer ses tours et ses murs de pierre hérités du moyen-âge. En gros, l’ambiance sur place, c’est totalement Game of Thrones, ou plutôt Juego de Tronos comme on dit par ici. La preuve, c’est ici-même qu’ils ont tourné la saison 6 de la série (d’ailleurs, si t’es du genre à faire du tourisme geek, il existe un tour guidé des lieux de tournage).

Dans ces petites rues, tu trouveras aussi plein de petites boutiques bobo, de restaus à tapas et, été espagnol oblige… de marchands de glaces. La meilleure façon de découvrir Gérone, c’est donc encore de s’y promener en dégustant un gelat, acheté par exemple chez Madonna qui a, apparemment, enfin pris sa retraite en Espagne. Fini le yoga, vive le yogourt !

Madonna - Gerone -Nouveau

Alternative : dès que winter is coming, tu peux larguer Mado et remplacer ta glace par un bunyol, délicieux beignet catalan que je soupçonne tout de même d’être un poil calorique.

bunyols

 

2 – Chanter Volare depuis les murailles
La vieille ville de Gérone est bordée à l’est de murailles datant de l’époque romaine et agrandies ensuite au moyen-âge. Alors, c’est pas la grande muraille de Chine non plus, hein, ne nous enflammons pas, mais les chemins de ronde du IXe siècle restent une balade très sympa à faire, surtout qu’ils ont été aménagés et s’y prêtent tout particulièrement. Sauf l’été, en plein cagnard, si t’as pas ta propre citerne d’eau (et même si tu l’as, d’ailleurs) mais d’un autre côté, c’est peut-être à ce moment-là que tu profiteras des plus beaux panoramas sur la ville avec les Pyrénées en fond. C’est comme ça, il faut savoir ce que tu veux dans la vie.

20180708_163837-0120180708_164057-01

Les murailles sont jalonnées d’anciennes tours de garde qui… qui… offrent de très belles vues sur la ville, c’est bien, tu suis. Suivant sur quelle portion tu te trouves, tu peux admirer sous divers angles les monuments emblématiques de la ville et les collines à la verdoyante végétation méditerranéenne qui la dominent.

La plus haute de toutes, c’est la Torre de San Domènec de laquelle tu surplombes les locaux de l’université et au-delà, toute la ville nouvelle.

Alors, je sais pas si tu es comme moi, mais perso, je trouve que quand t’as bien galéré à grimper jusque là-haut et que tu te retrouves enfin perché sur les hauteurs de la ville, face aux majestueuses Pyrénées, t’as bien gagné le droit – enfin s’il te reste de la salive – d’entonner à pleins poumons Volare ou encore Yo creo que puedo volar (creo que puedo tocar el cielo) l’incontournable tube de R(oberto) Kelly (si possible, en écartant les bras pour un meilleur effet dramatique).

Alternative : si pousser la chansonnette, c’est pas ton truc, tu peux aussi tenter de monter sur le muret de la tour et de crier « ¡Soy el rey del mundo! » (toujours en écartant les bras, ça va de soi).

 

3 – Faire la montée des marches
Le festival de Cannes, la Croisette, tout ça, crois-moi, c’est comme Barcelone, c’est totalement surfait. Non, si tu veux vraiment monter des marches, the place to be, c’est Gérone. Ici, des marches, t’en as à tous les coins de rue et de toutes les tailles. Mais attention, ici, pas de tapis rouge, pas de VIP, pas de chichi (et si tu veux un conseil, pas de talons non plus). C’est de la marche, de la vraie. Des trucs en pierre, pas des escaliers de starlettes. Alors, c’est sûr, c’est pas là que tu vas croiser Robert de Niro ou Meryl Streep mais tu vas rentrer chez toi avec des mollets à faire pâlir d’envie la famille Pierrafeu. Tu vois, t’en rêves déjà.

Alternative : faire la descente des marches.

 

4 – Bouquiner le dernier Carlos Ruiz Zafon dans le Jardins dels Alemanys
Une fois que t’as bien crapahuté sur les murailles (il fait chaud, là, non ?), monté  et redescendu les escaliers en colimaçon de toutes les tours (non, sérieux, il fait chaud, ou c’est moi ?), et admiré la vue (ouais, ok, c’est beau mais franchement, il fait chaud, là), crois-moi, tu vas être pris d’une envie soudaine et impérieuse de te poser dans un coin peinard – à l’ombre ! Pas de souci, là encore, Gérone a pensé à tout. En effet, tout le long des remparts se trouvent de petits jardins délicieusement ombragés. Tu peux donc par exemple te jeter sur un des bancs bleus du Jardins dels Alemanys (jardin des Allemands) et sortir le roman de littérature catalane que t’a conseillé la libraire, parce que le snobisme en vacances, c’est important. Quitte à être snob, tu pourras d’ailleurs aussi faire ton intéressant(e) devant la machine à café au bureau en disant à tes collègues que tu t’es arrêté(e) dans ce petit coin de verdure pour y admirer les ruines de la caserne qu’occupaient les mercenaires allemands durant la guerre d’indépendance espagnole (contre Napoléon, pour pas le citer) ou y assister à un concert.

Alternative : Tu peux aussi être pas snob du tout et aller à la place feuilleter Closer ou Pif Gadget dans le Jardin John Lennon (qui n’a, malheureusement, d’autre rapport avec le Beatle à lunettes que son nom).

 

5 – Tout apprendre des origines (très, très anciennes) de Talons Aiguilles au musée du cinéma
Eh oui, parce que bien avant Talons Aiguilles, bien avant même la naissance de Pedro Almodóvar, et d’ailleurs bien avant la naissance du cinéma tout court, il y avait déjà des petits malins pour raconter des histoires en images, que ce soit en ombres chinoises ou avec divers trucages optiques. C’est ce parcours, surtout technique et technologique, que se propose de retracer le musée du cinéma de Gérone, en revenant sur la naissance de l’image animée, par le biais de la photo.

20180709_122131-01

Pour la modique somme de 6€, tu vas donc pouvoir dégainer ton smartphone dernier cri pour faire en quelques nano-secondes une magnifique photo d’un appareil de 45 kilos qui prenait 3 heures pour faire un cliché dégueulasse. Si c’est pas beau, le progrès !

Alternative : tu peux aussi traverser tout le musée en talons aiguilles et filmer le tout. Ce sera peut-être pas de l’Almodóvar mais au moins, la boucle sera bouclée.

 

6 – Se faire des câlins sur le pont Eiffel
Même si, soyons sérieux deux minutes, Gérone, ce n’est ni Venise, ni Hambourg et qu’il n’y a en tout dans la ville que 11 ponts  qui enjambent l’Onyar, il se trouve qu’il y en a 5 en plein centre-ville (dont 4 exclusivement piétons)  qui valent particulièrement le détour (et qui évitent, en même temps, d’en faire un grand. Si c’est pas bien pensé, tout ça !) Déjà, ils sont tout choupinous en eux-mêmes et en plus, ils offrent un point de vue imprenable sur les maisons multicolores qui bordent les deux rives de la rivière. Autrement dit, pour ce qui est du romantisme, sur les ponts de Gérone, y a du level.

Dans l’ordre d’apparition à l’écran, tu trouveras donc : le Pont de pedra (le pont de pierre) qui est celui des cinq qui n’est pas entièrement piéton puisque les vélos peuvent l’emprunter, ainsi que le truculent petit train touristique.

20180708_135123-01Vient ensuite l’emblématique Pont de les Peixateries Velles, surnommé le pont Eiffel, et conçu par Gustave E. soi-même en 1877, soit un peu avant une certaine tour qui serait, apparemment, devenue vaguement célèbre à Paris.

Ensuite, c’est le Pont Sant Agusti (Pont St-Augustin) qui, lui, mène directement aux cafés et terrasses de la Place de l’indépendance, où tu pourras déguster une pizza ou un café sous les arcades ou traverser un passage piéton aux couleurs de l’arc-en-ciel.

Le Pont de la Princesa (le pont de la princesse) arrive ensuite avec un côté très « On se fait un caprice ? Tous… tous les deux ? » avec ses cadenas d’amour accrochés aux rambardes en fer forgé…

Et on finit avec le pont Sant-Feliu (pont St Félix), un ouvrage en fer qui débouche devant la basilique du même nom, à quelques pas de la célèbre lionne dont il faut embrasser le cul pour être sûr de revenir à Gérone. Bon, ça, c’est peut-être un chouia moins romantique… et encore, ça dépend. Chacun ses trips, après tout.

Alternative : évidemment, si tu es irrémédiablement célibataire, peut-être parce que personne ne comprend ton sens de l’humour pourtant désopilant, il te reste toujours la possibilité de faire quelques selfies et/ou de belles photos des paysages pour mettre sur ton blog… 

 

7 – Aller voir un match de basket au Pavelló
Parce qu’il n’y a pas que l’amour dans la vie, il y a le sport aussi – et quand je dis sport, je ne veux pas forcément parler du foot – quand t’as fini de faire des câlins, tu peux aller assister à un match de baloncesto dans la très belle salle du Pavelló Municipal Girona-Fontajau.

20180708_184442-01

L’Espagne domine depuis de nombreuses années le basket européen et la Catalogne, en particulier, a donné à l’équipe nationale d’excellents joueurs, comme les frères Gasol. Marc, le plus jeune des deux, a d’ailleurs porté le maillot de Gérone pendant quelques années avant de jouer en NBA. Gérone est aussi la grande capitale espagnole du basket féminin. En gros, si tu veux aller voir du beau jeu et que t’es pas à moins de 100 kilomètres du Madison Square Garden ou du Staples Center de Los Angeles, c’est là qu’il faut aller.

Alternative : si tu es fondamentalement allergique au sport, tu peux aussi aller directement au numéro 10 de la liste.

 

8 – Déguster une salade au brie pané au Brots de Vi
Les visites, l’amour, le sport – et même la lecture de Closer, si on est tombé sur un article sur ces stars qui – la honte ! – ont de la culotte de cheval, on est bien d’accord qu’au bout d’un moment, ça creuse. Alors, après l’effort, vient le réconfort et le moment de goûter à la gastronomie locale, ou à défaut de se remplir la panse avec n’importe quel type de gastronomie disponible. Si t’es comme moi et que t’es pas très fan des brasseries/pizzérias/snack-bars à touristes, je te conseille d’éviter la place de l’indépendance et les ramblas de la liberté, pour aller plutôt t’asseoir à la terrasse du Bistrot au pied des marches de l’église de Sant Martí Sacosta (Pujada de Sant Domènec, 4) ou encore à celle d’un des petits restau de la Carrer de la Cort Reial, et en particulier du Brots de Vi où tu pourras déguster une succulente salade au brie pané.

Alternative : tu arrêtes de discuter maintenant, tu t’assieds et tu manges !

 

9 – Vivre un moment surréaliste au musée Dalí
Ça y est, tu as visité Gérone de fond en comble, tu arrives à te diriger dans le centre de la ville sans consulter Google Maps toutes les 5 minutes, alors, pas question de se reposer sur ses lauriers, il est temps de remonter en voiture et de se rendre à Figueras (Figueres en catalan) pour la demi-journée culturelle du séjour, la visite du théâtre-musée Salvador Dalí.

Inauguré en 1974, le musée, implanté dans la ville de naissance de l’artiste catalan (et qui accueille aussi sa sépulture), permet une plongée fascinante dans l’univers génial et irrévérencieux du peintre. Pour info, il y a quand même des œufs géants sur le toit du bâtiment qui est lui-même rouge écarlate. D’entrée de jeu, ça annonce la couleur. Oublie le musée guindé et poussiéreux, chez Dalí, l’ambiance est bigarrée et rock’n’roll, voire totalement déjantée. L’entrée est à 14€ pour les adultes et tu peux réserver à l’avance sur le site du musée pour éviter de faire la queue et pénétrer dans ce lieu où, même s’il n’y a pas forcément ses œuvres les plus célèbres, son œuvre au sens large est mise en scène comme en valeur.

Alternative : si t’as pas de voiture et que t’essaies de t’en servir d’excuse pour pas aller visiter ce musée génial, sache qu’il y a un train qui part de Gérone et qui t’amène à Figueras en une demi-heure, tout ça pour moins de 15€ aller-retour. Alors, vas-y, puisque je te dis que c’est bien !

 

10 – Vamos a la playa au coucher de soleil
Enfin, que serait un séjour à Gérone sans le moment où tu vas planter tes orteils – étouffés toute l’année dans tes baskets de hipster – dans le sable fin des plages de la Costa Brava toute proche ?  Il n’y a que l’embarras du choix et tu trouveras d’ailleurs ICI une sélection de quelques-unes des plus belles plages du littoral catalan, celle où tu peux te balader dans l’écume des vagues au soleil couchant, en pensant que c’est quand même autre chose que de puer des pieds dans tes Stan Smith à Auchan. D’ailleurs, que serait un article de blog voyage s’il ne se terminait pas sur une photo bien cliché de coucher de soleil ? Eh bien, il puerait des pieds. Alors, hop, voilà, c’est cadeau.

20180709_205814-01

 

 

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s